Copyright Selk@Club, avec l'aimable autorisation des "Terra de Catoun" (Christine Campin) & "Coeur de Selk" (Marielle Rouby)

Le Selkirk, une race saine qui mérite des  attentions !

Il aura fallu 40 ans, lors de son assemblée générale de 2017, pour que la dernière grande fédération féline mondiale (la FIFé) reconnaisse la race Selkirk

C'est dire à quel point, la particularité de la robe a donné lieu à suspicion, d'autant plus que, la frisure touchant tous les poils, dont les vibrisses, beaucoup pensaient que, frisées, cassées, raccourcies ou manquantes ces vibrisses ne pouvaient remplir leur rôle d'aider le chat à se situer dans l'espace.

Il n'en est rien! Le Selkirk grimpe, saute comme tous ses congénères et n'est ni plus fragile, ni plus maladroit que les autres chats de race.

Il n'empêche que, comme tous les "chats de race", il nécessite les attentions dont ne devraient être privés aucun de ses congénères félins, et que sa noblesse exige au minimum.

Les maladies de la race

De ses ancêtres Persans et "gouttière", le Selkirk, comme de nombreuses races de chats, a hérité de maladies héréditaires ou de certaines fragilités.

Les connaître, c'est savoir poser les bonnes questions lors de l'acquisition d'un Selkirk.

  • La polykystose rénale (Polycystic Kidney Disease = PKD) : c'est une maladie qui touche plusieurs races de chats dont le persan et l’exotic shorthair, le british (shorthair et longhair), le burmilla, le selkirk (rex et straight), le scottish et le highland (fold et straight). 
    Il s’agit d’une maladie rénale qui se traduit par l’envahissement progressif du rein des chats atteints par des kystes remplis de liquide. Le nombre et la taille de ces kystes augmentent avec l’âge du chat et lorsque le tissu rénal n’est plus suffisamment présent pour assurer les fonctions d’épuration, il se développe une insuffisance rénale chronique incurable. 
    Cette maladie se traduit par des symptômes variés dont : dépression, perte d’appétit, léthargie, vomissements, augmentation de la prise de boisson), augmentation du volume des urines, perte de poids... 
    Sachant qu'il s'agit  d'une maladie transmissible à gène dominant (il suffit qu'un des parents soit atteint pour transmettre la maladie), et que des tests ADN existent pour la PKD1 (Persan et races apparentées), Selk@Club recommande de se faire produire les tests négatifs des deux parents ou de vérifier sur le pedigree de chacun des parents qu'ils sont bien eux-mêmes PKD N/N (ou que les quatre grands-parents, les 8 arrière-grands-parents ou les 16 aïeux le sont).

En effet, un Selkirk, comme tous les autres chats de race, peut en l'état de la réglementation française se reproduire sans avoir été testé contre la maladie, puisque :

  1. Le SQR est facultatif,
  2. C'est pour obtenir le qualificatif de "sélectionné"  (niveau 3 du SQR) que le test PKD est demandé par le LOOF,
  3. Il peut avoir été déclaré "conforme à la race" (niveau 2) sans avoir eu à produire le test.

 

  • La Cardiomyopathie hypertrophique (HCM) :

La myocardiopathie hypertrophique ou HCM en anglais pour Hypertrophic Cardio-Myopathy, est une maladie qui touche les chats sans pedigree ainsi que les chats de nombreuses races.

La HCM féline est une maladie de l’adulte et du jeune adulte. La majorité des chats est asymptomatique jusqu’au développement d’une insuffisance cardiaque congestive aiguë (arythmies, œdème pulmonaire, épanchement pleural, thrombose artérielle associée). 

 

 

  • L'Atrophie rétinienne progressive (PRA) :

La manifestation clinique majeure de la PRA est le développement, plus ou moins rapide, d’une cécité. Une PRA peut passer totalement inaperçue si la maladie se déclare tardivement dans la vie de l’animal et que celui ci s’adapte progressivement à son handicap. En revanche, les PRA d’apparition précoce sont généralement sévères et la cécité handicape l’animal qui devient aveugle dans les premiers mois de sa vie. A l’heure actuelle, il n’existe aucun traitement pour les PRA félines.

La PRA susceptible d'affecter le Selkirk est celle du Persan (du fait des origines de la race) et est à transmission autosomique récessive. Elle est donc rare dans la race, mais peut se répandre à bas bruit du fait de ce mode de transmission.

Certains pays nordiques ou anglo-saxons (Royaume-Uni, notamment) en font le dépistage systématique pour tous les reproducteurs.

Sa recherche n'est pas obligatoire en France du fait de l'interdiction très ancienne du mariage du Selkirk avec les chats du groupe Persan... Néanmoins, nous conseillons aux éleveurs de faire faire le test dans un laboratoire agréé du LOOF, lors de l'importation de reproducteurs étrangers, quand il existe des Persans dans le lignage.

Selk@club 12 rue Blanche 93600 Aulnay-sous-Bois - contact@selkirk.club/ selkatclub@gmail.com - +33 6 74 92 20 99

Les photos et le contenu sont la propriété du Selk@club - Toute reproduction sans autorisation pourra donner lieu à des poursuites.